V
V
V

Les actualités de l'association


Micro-plastiques, filtres UV, pesticides… Des programmes de recherche s’intéressent aux micropollutions de l’eau en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie
. REGARD, REMPAR et PlastiGar sont trois de ces programmes, qui concernent chacun une aire géographique particulière allant de Bordeaux Métropole au Bassin d’Arcachon, en passant par la Garonne. Que retrouve-t-on exactement dans ces milieux aquatiques ? Que peut en dire la Recherche aujourd’hui et… est-ce que « c’est grave, docteur  » ? 

 

Des pollutions dans le Bassin d’Arcachon ? Le programme REMPAR

Le Bassin d’Arcachon est un espace de grande importance écologique par sa diversité de milieux et d’espèces, ses zones de reproduction et d’hivernage. C’est aussi un espace de grande importance économique par la conchyliculture, le tourisme et la pêche. Or, il est particulièrement sensible aux actions de l’homme sur son environnement. Les récentes « crises écologiques » à l’échelle du Bassin comme la présence d’algues toxiques ou la mortalité des huîtres, ont soulevé la question du niveau d’imprégnation des écosystèmes par les micropolluants. Le programme de recherche REMPAR (Reseau des Micropolluants du bassin d’Arcachon) est donc né de la volonté des acteurs d’établir une veille active des micropolluants sur le Bassin d’Arcachon, d’en identifier les origines et d’en réduire l’empreinte par des traitements adaptés ou des mesures de réduction à la source.

Le programme de recherche étant maintenant terminé, qu’a-t-il permis de mettre en évidence ? La présence de filtres-UV (résidus de crèmes solaires) à des niveaux pouvant atteindre plusieurs centaines ng/L. Mais également des éléments traces métalliques comme le cuivre, en lien avec l’utilisation d’antifouling. Pour les pesticides drainés par les eaux pluviales, les résultats montrent la présence majoritaire de glyphosate et d’AMPA, mais aussi plusieurs biocides utilisés dans les produits de construction comme le tébuconazole. Une analyse a également été réalisée sur les médicaments, tensioactifs et biocides, indiquant que les rejets hospitaliers ne sont pas plus spécifiques ni conséquents que les rejets urbains. 

La toxicité de ces effluents hospitaliers a pu être évaluée, de même que l’efficacité de leur traitement par un « bioréacteur à membrane ». Il en ressort que le traitement le plus efficace des effluents hospitaliers semble être la combinaison du bioréacteur à membrane et du charbon actif. Les pratiques des professionnels de la santé et des consommateurs vis-à-vis des médicaments ont également été analysées, mettant en évidence une importante résistance au changement individuel. Des actions d’information et de sensibilisation sont actuellement entreprises par le SIBA (Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon), à destination des professionnels de santé, du grand public et des jeunes. 

 

Qu’est-ce qui flotte dans la Métropole ? Le programme REGARD

Le Programme REGARD a été mis en place pour assurer la réduction et la gestion intégrée des micropolluants sur la métropole bordelaise. Les sites d’expérimentation ont été nombreux et répartis sur toute l’agglomération de Bordeaux. Cependant, deux sites principaux ont été étudiés : le bassin versant de la Jalle de Blanquefort, ainsi que le site du groupe hospitalier Pellegrin CHU de Bordeaux. A travers ce programme de recherche, l’ambition était d’aider la collectivité à orienter ses choix et à déterminer la meilleure stratégie de lutte contre ces pollutions. Le projet s’est déroulé de 2015 à 2019 et ses résultats ont fait l’objet d’une exposition interactive qui, après avoir longtemps été hébergée à la maison de l’eau à Bordeaux, circule désormais dans toute la métropole bordelaise. Pour de plus amples informations sur l’exposition REGARD rendez-vous sur le Portail Santé Environnement : http://www.santeenvironnement-nouvelleaquitaine.fr/eaux/le-ceseau-propose-une-animation-de-lexposition-regard-aux-scolaires/.

Les résultats du projet sont nombreux et de grandes conclu­sions peuvent être retenues. Il ressort d’abord que le milieu naturel contient une grande variété de micropolluants. Ces molécules proviennent des eaux pluviales, mais aussi et sur­tout des eaux usées, c’est-à-dire des habitants. Les stations d’épuration éliminent une part importante de la pollution présente dans les eaux usées, toutefois, certains micropolluants ne sont pas éliminés (cer­tains pesticides par exemple, des médicaments, ou encore des plastifiants). En complément des stations d’épuration, des solutions de réduction de la production de micropolluants ont été mises en place. Par exemple, l’expérimentation « Familles EAU Défi » a permis d’accompagner une quarantaine de ménages à des changements de pratiques. La gestion écologique des espaces publics a aussi été présentée comme une solution de réduction, ainsi que les actions de sensibilisation auprès du CHU et de certaines entreprises. Ainsi, les conclusions confirment l’importance de combiner traitements performants en station d’épuration et modification des pratiques de l’ensemble des usagers.

 

Trop de plastiques dans la Garonne ? Le programme PlastiGar

Le programme de recherche PlastiGar est un projet mis en place pour mesurer et suivre la pollution plastique dans la Garonne et son impact sur la biodiversité. En effet, alors que la pollution plastique dans le milieu marin a été reconnue comme une menace globale pour l’environnement, la pollution de plastique dans les eaux continentales est encore très mal caractérisée et peu d’études scientifiques sont parues sur le sujet. Or, de récents travaux basés sur la modélisation estiment qu’actuellement, les rivières charrient de 1 à 2 millions de tonnes de plastique annuellement dans les océans au niveau mondial.

Le programme de recherche PlastiGar repose sur trois objectifs principaux. D’abord, quantifier les variations spatiales et temporelles des concentrations en microplastiques dans l’eau et les sédiments dans la Garonne en amont et dans ses principaux affluents. Ensuite, déterminer si le passage de la Garonne dans l’agglomération toulousaine engendre une augmentation de la pollution de microplastiques dans son cours principal. Enfin, tester s’il existe un transfert de la pollution de plastique dans la faune aquatique.

A l’échelle du quart sud-ouest de la France, les scientifiques et les pouvoirs publics se sont saisis de la problématique. En effet, les programmes de recherche se sont multipliés ces dernières années. Cependant, d’autres questions sont soulevées par ces démarches. En fonction des résultats, quelles seront les actions mises en place par les pouvoirs publics ? Il reste encore à creuser certaines interrogations même s’il ne fait aucun doute que le travail accompli ces dernières années sur la question est véritablement éclairant sur la problématique des micropollutions de l’eau.

 

 Pour en savoir plus :

 

Interview : Qu’est-ce qui rend les poissons obèses ?

Interview : Qu’est-ce qui rend les poissons obèses ?

Les poissons zèbres nous apprennent bien des choses sur notre environnement ! C'est en échangeant avec le Professeur Patrick BABIN, chercheur au Laboratoire Maladies Rares - Génétique et Métabolisme (Inserm - Université de Bordeaux) que l'on découvre...

lire plus
Les 8 points clés pour bien choisir ses cosmétiques

Les 8 points clés pour bien choisir ses cosmétiques

Vous ne savez plus vers quel shampoing, dentifrice ou crème de jour vous orienter lorsque vous êtes dans les rayons ? Il est vrai qu’il vaut mieux se méfier des emballages « tape-à-l’œil », des slogans trop marketing ou des « formules vertes » soi-disant...

lire plus
La face cachée des mégots de cigarettes

La face cachée des mégots de cigarettes

Dans les films, le héros écrase toujours sa cigarette par terre ou la jette de manière désinvolte. On est même tenté d'imiter ce geste dans la vie de tous les jours pour avoir l'air « cool ». Ce qui est moins cool, c'est les 72 milliards de mégots que l'on retrouve...

lire plus
Les torchons Ceseau : « The fish will thank you » !

Les torchons Ceseau : « The fish will thank you » !

Avec l'aide de l'artiste bordelaise Alix Rivière qui nous a fourni ce beau Gyotaku, nous avons réalisé un torchon écologique (en coton bio, label Organic), qui s'accordera avec toutes les chaumières !Mais pour laver votre torchon, pensez à utiliser une...

lire plus
Un micropolluant, c’est quoi ?

Un micropolluant, c’est quoi ?

Un micropolluant est une substance synthétique ou naturelle, caractérisée par des effets toxicologiques importants même à concentration très faible dans l'environnement (l’équivalent d’un morceau de sucre dans une piscine olympique !). Ce sont des...

lire plus
Comment limiter les polluants de la maison ?

Comment limiter les polluants de la maison ?

 La présence de micropolluants dans les cours d'eau entraîne des effets néfastes sur les écosystèmes aquatiques et sur toute la chaîne alimentaire. Leur présence est due aux différents rejets agricoles, industriels et urbains. Et la part des rejets...

lire plus
Une vidéo pour comprendre les micropolluants

Une vidéo pour comprendre les micropolluants

 Cette vidéo réalisée par l'association Arceau et l'Agence française de la Biodiversité permet de mieux comprendre les micropolluants, de leur origine à leurs impacts sur l'environnement. > Regarder la version courte (3min)> Retrouvez d'autres vidéos...

lire plus