V
V
V

Vous ne savez plus vers quel shampoing, dentifrice ou crème de jour vous orienter lorsque vous êtes dans les rayons ? Il est vrai qu’il vaut mieux se méfier des emballages « tape-à-l’œil », des slogans trop marketing ou des « formules vertes » soi-disant écologiques car l’habit ne fait pas toujours le moine ! Alors que faut-il regarder ? Comment décrypter les étiquettes des cosmétiques ? Nous vous proposons d’analyser ensemble quelques points essentiels pour bien choisir ses cosmétiques.

 

Par où commencer ?

Pour commencer, retournez le flacon et regardez directement les ingrédients, écrits généralement en minuscule ! Les fabricants ont l’obligation d’après une directive européenne, d’inscrire tous les ingrédients entrant la composition du produit selon la nomenclature « INCI » (International Nomenclature for Cosmetics Ingredients).

Les composants les plus importants en poids sont notés en premier, ce qui signifie qu’un produit dont la liste commence par « Aqua » ou « Water » est composé en grande partie d’eau. Les trois ou quatre premiers ingrédients de la liste constituent généralement plus de 80 % du produit.

Mais cette liste est-elle vraiment exhaustive ? Pas tout à fait, car certaines substances peuvent être passées sous silence, à savoir les molécules qui composent le parfum du produit (sauf si elles font parties de la liste des 26 substances allergènes). Elles sont regroupées sous le nom générique de « fragrance » ou « parfum » ou encore « aroma », mentionnées souvent après les autres ingrédients quel que soit le pourcentage de présence dans le produit. Même chose pour les colorants, généralement notés sous la forme CI (Colour Index) suivi de 5 chiffres, comme CI 77891 qui est le colorant blanc dioxyde de titane

 

Liste des ingrédients : ce qu’il faut retenir

 

1- Privilégiez les listes d’ingrédients les plus courtes possible

La moyenne s’élève à 30 ingrédients et on peut parfois atteindre 100 ingrédients pour des shampoings !

Eaux démaquillantes :

 

2Privilégiez les ingrédients dont les noms sont en latin,

…d’origine naturelle, aux ingrédients en anglais d’origine synthétique. Toutefois, n’oubliez pas que « naturel » ne veut pas dire « sans danger » : par exemple les huiles essentielles sont fortement déconseillées aux femmes enceintes et jeunes enfants.

Crèmes hydratantes :

 

Pour ces ingrédients végétaux, l’appellation INCI se décompose de la façon suivante :

Quelques repères d’huiles végétales (ou beurres) : 

  • Argania spinosa seed oil = huile d’argan
  • Borago officinalis seed oil = huile de bourrage
  • Butyrospermum parkii butter = beurre de karité
  • Calendula officinalis seed oil = huile de calendula
  • Helianthus annuus seed oil : huile de tournesol 
  • Olea europea seed oil = huile d’olive
  • Persea gratissima seed oil = huile d’avocat
  • Prunus armeniaca seed oil = huile d’abricot
  • Prunus dulcis seed oil = huile d’amande douce
  • Ricinus communis seed oil = huile de ricin
  • Sesamum indicum seed oil = huile de sésame
  • Simmondsia chinensis seed oil = huile de jojoba
  • Triticum vulgare seed oil = huile de germe de blé
  • Vitis vinifera seed oil = huile de pépin de raisin


Quelques repères d’eaux florales (ou hydrolats)

  • Centaurea cyanus flower water = eau de bleuet
  • Citrus aurantium amara flower water = eau de fleurs d’oranger
  • Hamamelis virginiana water = eau d’hamamelis
  • Rosa damascena flower water = eau de rose de Damas

 
Quelques repères d’huiles essentielles

  • Citrus aurantium dulcis peel oil = huile essentielle d’écorce d’orange douce 
  • Citrus limomum peel oil = huile essentielle de citron
  • Cymbopogon peel oil = huile essentielle de citronnelle
  • Cymbopogon martinii var motia peel oil = huile essentielle de palmarosa
  • Lavandula hybrida clone super peel oil = huile essentiel de lavandin super
  • Mentha x piperita var franco mitcham peel oil = huile esentielle de menthe poivrée
  • Pelargonium x asperum peel oil = huile essentielle de geranium

 

3- Repérez les molécules suspectes

Pour cela, vous pouvez vous aider d’applications qui permettent de reconnaître les composants sains ou au contraire, ceux qui sont nocifs : Que choisir Cosmetic, Yuka, INCI beauty, Clean beauty

Pour vous donner quelques indications, il vaut mieux éviter :

  • les sels d’aluminium utilisés comme agents anti-transpirants dans les déodorants sous le nom aluminium chlorohydrate
  • les parabens, qui sont des conservateurs largement employés dans les cosmétiques pour éviter le développement de bactéries. Ce sont les mots en –zoate comme le parahydroxybenzoate ou les mots qui comportent « paraben », comme butylparaben, propylparaben, sodium butylparaben, sodium propylparaben, potassium butylparabe et potassium propylparaben.
  • le triclosan, antibactérien présent notamment les dentifrices, déodorants ou gel douche
  • les silicones, qui laissent une sensation de douceur sur la peau ou les cheveux. Ce sont les mots en –cone, -one ou –xane, comme cyclopentasiloxane, cyclotetrasiloxane et cyclomethicone
  • les paraffines et les huiles minérales, présentes dans les baumes à lèvres, rouges à lèvres, les crèmes hydratantes sous les noms paraffin, paraffinum liquidum, mineral oil, petrolatum, cera microscristallina. Dérivées de la pétrochimie, il vaut mieux privilégier les huiles végétales.
  • les phtalates que l’on trouve par exemple dans les parfums ou les vernis à ongles. Evitez donc le diethylphtalate, encore autorisé.
  • les filtres anti-UV : si votre produit n’est pas une crème solaire dont la fonction est justement de vous protéger du soleil, évitez le Benzophenone-1, benzophenone-3, l’oxybenzone ou l’ethylhexyl methoxycinnamate, parfois cachés dans les crèmes de jour, baumes à lèvres, fonds de teint…
  • les formaldéhydes, notamment présent dans les vernis à ongles car il a des propriétés durcissantes. dérivé du formol qui causerait des irritations et pourrait provoquer des cancers. Les entreprises de cosmétiques essaient de développer des formules sans formaldéhyde.
  • les émulsifiants de type sodium lauryl sulfate, ammonium lauryl sulfate ou ALS qui permettent la production de mousse dans les shampoings et gels douche. Agressifs, ils peuvent causer des irritations et des allergies.

 

Les autres éléments du produit à prendre en compte


4- Choisissez les produits munis d’un label écologique fiable.

Attention aux arguments marketing mettant en avant les ingrédients naturels qui très souvent, sont en infime quantité ! 

Sans être exhaustif, voici une liste de labels écologiques pour cosmétiques en lesquels vous pouvez avoir confiance. Le label COSMOS ORGANIC remplace désormais ces 4 labels (Cosmebio, Soil Association Organic, BDIH, Ecocert).

> Téléchargez notre mémo des labels
> Plus d’infos sur les labels sur le site de l’ADEME

 

 

Le label écologique Ecocert par exemple, nous indique que le produit est composé de 95% d’ingrédients végétaux issus de l’agriculture biologique, que son processus de production et de transformation a été respectueux de l’environnement et de la santé humaine, et enfin, que tous ses ingrédients sont biodégradables. 

 

5- Évitez les produits pourvus d’un pictogramme de danger,

…même s’il est difficile de trouver un savon ou un shampoing qui n’irrite pas les yeux ! C’est en partie dû au fait que les savons ont un pH basique (>7). Pour éviter l’effet irritant et desséchant si vous avez la peau sensible, vous pouvez  choisir des savons spéciaux au pH neutre (=7).


6
Préférez les produits avec un emballage en matériau inerte

…comme l’inox ou le verre. Les emballages en plastique constituent une source importante de déchets, pas toujours recyclables. De plus, certains contenants en plastique ou en aluminium peuvent relarguer des particules dans le produit.

Déodorants :

 

 

7- Remplacez certains produits par une solution de « bon sens », 

…par exemple, installer des moustiquaires aux fenêtres au lieu de s’appliquer une lotion anti-moustique, mettre un t-shirt et un chapeau pour limiter la crème solaire et s’exposer au soleil uniquement le matin ou après 16h…

Protections solaires :


 

 

8- Privilégiez les ingrédients simples et naturels,

par exemple un savon de Marseille labellisé plutôt qu’un gel douche, une huile végétale adaptée à votre peau (coco, argan, jojoba, avocat, olive…) ou un simple gel d’aloe vera plutôt qu’un lait hydratant.

Lait et huile pour le corps :

 

En étant attentif à tous ces éléments, vous devriez arriver à choisir un produit plus respectueux de l’environnement et de votre santé. De façon globale, soyez particulièrement vigilant vis à vis des produits sans rinçage comme les crèmes, les laques, le maquillage puisqu’ils demeurent plus longtemps au contact de votre peau contrairement aux gels douche, savons, après-shampoings, dont une grande partie part immédiatement dans les eaux usées (et se retrouvent, soit dit en passant, dans l’environnement puisque les stations d’épuration les arrêtent très mal).

Enfin, lors de leur utilisation, respectez bien les dosages et évitez de mélanger plusieurs produits. Inutile de couvrir entièrement la brosse à dents de dentifrice, cela ne lavera pas mieux !

Et pour être vraiment sûr de la composition des produits que vous utilisez, vous pouvez les fabriquer vous-mêmes à partir d’ingrédients naturels et labellisés ! Vous trouverez sur notre site de nombreuses recettes pour fabriquer vos propres produits. C’est simple, sain, écologique et souvent bien moins cher.

> Fabriquer ses propres cosmétiques naturels

 

Pour aller plus loin

> https://cosmeticobs.com/fr/articles/apprendre-a-lire-les-etiquettes-4/la-liste-des-ingredients-78
> https://incibeauty.com/ingredients

Interview : Qu’est-ce qui rend les poissons obèses ?

Interview : Qu’est-ce qui rend les poissons obèses ?

Les poissons zèbres nous apprennent bien des choses sur notre environnement ! C'est en échangeant avec le Professeur Patrick BABIN, chercheur au Laboratoire Maladies Rares - Génétique et Métabolisme (Inserm - Université de Bordeaux) que l'on découvre...

lire plus
Bassin d’Arcachon et Garonne : les pollutions à la loupe

Bassin d’Arcachon et Garonne : les pollutions à la loupe

Micro-plastiques, filtres UV, pesticides... Des programmes de recherche s’intéressent aux micropollutions de l’eau en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. REGARD, REMPAR et PlastiGar sont trois de ces programmes, qui concernent chacun une aire géographique...

lire plus
La face cachée des mégots de cigarettes

La face cachée des mégots de cigarettes

Dans les films, le héros écrase toujours sa cigarette par terre ou la jette de manière désinvolte. On est même tenté d'imiter ce geste dans la vie de tous les jours pour avoir l'air « cool ». Ce qui est moins cool, c'est les 72 milliards de mégots que l'on retrouve...

lire plus
Les torchons Ceseau : « The fish will thank you » !

Les torchons Ceseau : « The fish will thank you » !

Avec l'aide de l'artiste bordelaise Alix Rivière qui nous a fourni ce beau Gyotaku, nous avons réalisé un torchon écologique (en coton bio, label Organic), qui s'accordera avec toutes les chaumières !Mais pour laver votre torchon, pensez à utiliser une...

lire plus
Un micropolluant, c’est quoi ?

Un micropolluant, c’est quoi ?

Un micropolluant est une substance synthétique ou naturelle, caractérisée par des effets toxicologiques importants même à concentration très faible dans l'environnement (l’équivalent d’un morceau de sucre dans une piscine olympique !). Ce sont des...

lire plus
Comment limiter les polluants de la maison ?

Comment limiter les polluants de la maison ?

 La présence de micropolluants dans les cours d'eau entraîne des effets néfastes sur les écosystèmes aquatiques et sur toute la chaîne alimentaire. Leur présence est due aux différents rejets agricoles, industriels et urbains. Et la part des rejets...

lire plus
Une vidéo pour comprendre les micropolluants

Une vidéo pour comprendre les micropolluants

 Cette vidéo réalisée par l'association Arceau et l'Agence française de la Biodiversité permet de mieux comprendre les micropolluants, de leur origine à leurs impacts sur l'environnement. > Regarder la version courte (3min)> Retrouvez d'autres vidéos...

lire plus